Plus d'Actualités

DECLARATION DES NAISSANCES ET DES DECES:…

22-04-2021

Des formulaires de déclaration des naissances et de décès par les formations sanitaires sont désormais harmonisés. il s’agit là d’un véritable catalyseur pour l’amélioration de l’enregistrement des naissances et de...

Read more

Téléchargements

Schéma Directeur de l'Informatisation de l'Etat Civil
Comité de Pilotage(PRE2C) Télécharger >>
Lois et Textes
Productions du BUNEC et Partenaires

Le Directeur Général du BUNEC, Alexandre Marie Yomo, a convié ses collaborateurs à l’exploration d’une « fiction technologique » pouvant booster l’enregistrement des faits d’état civil et assurer l’interopérabilité entre l’état civil et la santé. C’était lors d’une séance de travail tenue dans la salle des conférences du BUNEC.

L’enregistrement exhaustif des naissances et des décès au Cameroun continu d’être une préoccupation majeure pour le Bureau National de l’Etat Civil (BUNEC). C’est la principale raison qui a conduit le Directeur Général de cet Etablissement Public Administratif, ce mercredi 03 février 2021, à inviter ses collaborateurs à s’approprier l’expérience du Ministère de la Santé Publique en matière d’enregistrement des naissances et des décès, à travers le District Health Information System 2. 

C’est donc dans la salle des conférences du BUNEC que l’expert du Minsanté, Guy Ekani Ngono, ingénieur informaticien, a exposé l’approche de son ministère dans la collecte d’informations, l’enregistrement des naissances et des décès afin de produire des statistiques de santé vitales.

En effet, si le Minsanté peut se féliciter des progrès en la matière, c’est grâce à un logiciel libre et gratuit : le DHIS2 ( District  Health Information Software, version 2.24). Ce dernier a réussi à structurer efficacement le système d’informations de la santé publique. Le BUNEC quant à lui, y voit un outil susceptible non seulement de booster considérablement les méthodes d’enregistrement des faits d’état civil et d’établissement des actes de naissance et de décès, mais aussi d’assurer l’interopérabilité entre les systèmes de santé et d’état civil. Toute chose qui devra permettre au Gouvernement, d’avoir des statistiques démographiques exhaustives utiles à l’élaboration des politiques publiques.

Pour sortir de cette séance de travail technique, le Directeur Général du BUNEC a invité ses collaborateurs à s’imprégner davantage de cette expérience afin de capitaliser son exploitation par la structure dont il a la charge.

La raison est simple, l’année 2021 doit marquer un sérieux coup d’accélération dans la mise en œuvre du schéma directeur d’information du Gouvernement par le BUNEC. Le Directeur Général, Alexandre Marie Yomo, y tient fermement.